Logo du blog ostéo-santé avec ostéopathie pour enfants.
OsteoHealthBlog

Ostéopathie active pour les patients

Ostéopathie active pour les patients

Lunghi, C. ; Baroni, F. ; Amodio, A. ; Consorti, G. ; Tramontano, M. ; Liem, T. Approches actives du patient dans la pratique de l'ostéopathie : une revue de cadrage. Soins de santé 202210, 524. https://doi.org/10.3390/healthcare10030524

https://www.mdpi.com/2227-9032/10/3/524

L'ostéopathie, en tant que forme de thérapie manuelle, peut être définie comme une méthode de guérison globale, centrée sur le patient, qui favorise par le toucher les processus de maintien de la santé dans le corps humain. L'accent est mis sur ce que l'on appelle le dysfonctionnement somatique (DS), qui se manifeste dans différentes régions du corps (Tramontano et al. 2020, 2020, 2021). Outre le traitement physique, la formation ostéopathique comprend également d'autres thèmes de promotion de la santé, dont l'activité physique, le mode de vie et l'alimentation (Van Dun et al. 2016, Mistry et al. 2018). 

Les changements dans ces domaines favorisent le rétablissement complet des patients en améliorant les stratégies d'adaptation individuelles. Les techniques ostéopathiques actives ainsi que les tâches de mouvement dynamiques peuvent ainsi soutenir la gestion des SD présentes et moduler le niveau d'énergie individuel (Lederman 2005. Lunghi et al. 2016). Le traitement ostéopathique intègre, outre des techniques passives, des méthodes thérapeutiques actives (appelées approches ostéopathiques actives par le patient (PAOA)).
Les recherches menées jusqu'à présent sur la thérapie ostéopathique par manipulation (TOM) ont souvent mis l'accent sur les techniques passives, ce qui explique le peu de déclarations fondées sur des preuves concernant le fonctionnement des PAOA. Lunghi et ses collègues se sont penchés sur cette lacune de la recherche dans le cadre d'une revue de cadrage, en évaluant la littérature existante sur le fonctionnement et les principes des PAOA. Vous trouverez dans cet article une description de la méthodologie utilisée, les résultats et des recommandations pratiques pour l'intégration dans les stratégies de gestion des patients.

 

Méthodologie:

Pour l'élaboration systématique de la revue de cadrage, les chercheurs ont tout d'abord formulé la question de recherche afin de délimiter conceptuellement le champ thématique des PAOA par rapport à la littérature passive. La question de recherche porte sur le fonctionnement et les principes des PAOA et leur intégration dans les stratégies de gestion des patients. Une recherche documentaire systématique a ensuite été effectuée et les résultats des études pertinentes ont été présentés.

A l'aide des "Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Extension" (éléments de rapport préférés pour les revues systématiques et l'extension)

of Meta-Analyses for Scoping Reviews" (PRISMA), la pertinence des études a été vérifiée. 

 

Le caractère systématique de la recherche se traduit par la définition des termes de recherche et des opérateurs utilisés, ce qui garantit la reproductibilité de la stratégie de recherche. Vous trouverez dans le tableau ci-dessous une présentation de la stratégie de recherche de la recherche documentaire effectuée :

Outre le traitement physique, la formation ostéopathique comprend également d'autres thèmes de promotion de la santé, notamment l'activité physique, le mode de vie et l'alimentation (Van Dun et al. 2016, Mistry et al. 2018). 

Les changements dans ces domaines favorisent le rétablissement complet des patients en améliorant les stratégies d'adaptation individuelles. Techniques ostéopathiques actives 

Approches de l'ostéopathie active auprès des patients

  1. Approche active axée sur les fascias 

Un mode de vie sédentaire a un impact sur l'élasticité du tissu conjonctif en contribuant à une orientation multidirectionnelle des fibrilles et donc à une résistance transversale élevée. Parallèlement, la capacité à établir des connexions physiques et électriques est réduite. Ces processus s'inversent avec l'activité physique. 

L'approche active axée sur les fascias selon Schleip et Müller comprend le remodelage des fascias (= réaction du réseau de fibres de collagène aux stimuli mécaniques), le réenroulement des fascias (= retour élastique des tissus grâce à des exercices actifs), l'étirement dynamique (exercices à long terme qui augmentent l'élasticité des fascias) et la perception des fascias (pour aiguiser la conscience du corps) comme principes centraux. Le remodelage des fascias en particulier, ainsi que la structure du tissu conjonctif en général, peuvent être influencés positivement par un entraînement actif des fascias, effectué régulièrement 1 à 2 fois par semaine (Schleip et Müller 2013).

  1. Images mentales et exercices intégrés

La conscience interceptive du corps, y compris la perception de la position des parties du corps dans l'espace, est générée par le système musculo-squelettique. Cette connaissance devrait être transmise aux patients et intégrée dans le travail corporel pratique et expérientiel (Calsius et al. 2016).

Il est prouvé que les images mentales ou l'imagination comme méthode d'entraînement ont un effet positif sur les performances motrices et cognitives et activent le cerveau de la même manière que le fait un mouvement physique.

Cette méthodologie, combinée à un traitement manuel et à des exercices actifs, est capable d'améliorer le contrôle de la douleur, les capacités motrices et la stimulation des motoneurones, ainsi que les aspects non moteurs de la performance. En outre, elle peut renforcer la confiance en soi et réduire l'anxiété (Abraham et al. 2020).

L'ostéopathie travaille déjà avec des images mentales (Dorko 2003, Minasny 2009), par exemple lors du déroulement des fascias. Le tissu conjonctif est lentement étiré pendant qu'un exercice d'imagination est effectué dans le but d'améliorer l'interoception. Une attention particulière est portée ici à l'entraînement de la perception d'une tension myofasciale à relâcher ou d'un mouvement moteur à exécuter. 

La technique est exécutée de la manière suivante : L'ostéopathe donne une légère résistance dans le mouvement, ce qui est perçu par les patients grâce à la "transmission manuelle" active et douce. En soutien, les thérapeutes peuvent poser leurs mains sur la région concernée (Dorko 2003). Cette méthode dite du work-in peut, en combinaison avec des images mentales ou seule, favoriser l'état de relaxation transmis par le parasympathique (Wallden 2012).

  1. Activité sportive basée sur la pleine conscience

Comme décrit plus haut, l'ostéopathie travaille avec l'interception, qui requiert un certain degré d'attention (à son propre corps). Pour un traitement réussi, le thérapeute et le patient doivent être attentifs l'un à l'autre. Le terme "attention" désigne ici le fait de porter doucement son attention sur les perceptions actuelles de l'expérience, telles que les pensées, les émotions et les sensations, sans les évaluer (Liem et Lunghi 2021). Dans la pratique ostéopathique, simultanément à la pratique basée sur la pleine conscience, "les oscillations, les vibrations et les secousses myofasciales et neurogènes spontanées sont utilisées pour réduire le stress et rétablir l'homéostasie du corps" (Comeaux 2005, Liem et Lunghi 2021).

  1. Gamification et résolution de problèmes dans une approche dyadique interactive 

Les systèmes de perception du corps fournissent au cerveau des informations qu'il utilise pour se faire une idée de l'environnement extérieur et intérieur et pour planifier et exécuter les activités suivantes. L'apparition de maladies est en partie due à des erreurs dans le traitement et l'intégration des signaux corporels multisensoriels, ce qui entraîne des processus de régulation physiopathologiques.

La gamification ou ludification désigne l'application d'éléments typiques du jeu dans un contexte qui n'est pas celui du jeu. Cela permet de créer une atmosphère de résolution de problèmes patiente et axée sur le travail d'équipe, dans laquelle les défis peuvent être résolus en fonction des tâches. 

Les ostéopathes peuvent par exemple utiliser des métaphores pour décrire une technique de routine afin de sous-corticaliser les informations. Il convient toutefois de veiller strictement à utiliser un vocabulaire approprié afin d'éviter toute catastrophisation. Dans l'ensemble, l'attention est portée sur le mouvement et non sur l'activation des différents muscles. Cela favorise à son tour l'interception, ce qui permet d'éviter les mauvaises régulations par le cerveau. 

Les PAOA reposent également sur la relation entre la personne traitante et la personne traitée et créent un environnement sûr pour initier des changements de comportement (Liebenson 2018). Cette relation peut être approfondie par une approche dyadique interactive.

Conclusion

Les approches présentées comprennent des stratégies motrices, cognitives et comportementales. Sur la base de ces résultats, Lunghi et ses collègues proposent d'intégrer ces stratégies dans l'approche ostéopathique active du patient, car cela permettrait d'initier un remodelage neuromyofascial et tissulaire, de moduler l'image et la perception du corps et de mieux gérer le stress. 

En résumé, les PAOA peuvent apporter une contribution importante aux soins centrés sur le patient et à l'amélioration de la collaboration interprofessionnelle. Cependant, des études futures et des ateliers de consensus sont nécessaires pour développer un cadre commun pour une pratique ostéopathique basée sur les preuves qui implique le patient en tant que partie active du traitement (Lunghi et al. 2022).

Ostéopathie active du patient

L'ostéopathie, en tant que forme de thérapie manuelle, peut être définie comme une méthode de guérison holistique, centrée sur le patient, qui utilise le toucher pour favoriser les processus de maintien de la santé dans le corps humain. L'accent est mis sur les dysfonctionnements somatiques (SD), qui se manifestent dans différentes régions du corps (Tramontano et al. 2020, 2020, 2021). En plus du traitement physique, l'éducation ostéopathique inclut également d'autres thèmes de promotion de la santé, y compris l'activité physique, le mode de vie et la nutrition (Van Dun et al. 2016, Mistry et al. 2018). 

Les changements dans ces domaines soutiennent le rétablissement complet des patients en améliorant les stratégies de coping individuelles. Les techniques ostéopathiques actives ainsi que les tâches de mouvement dynamique peuvent ainsi soutenir la gestion de la SD présente et moduler les niveaux d'énergie individuels (Lederman 2005. Lunghi et al. 2016). Le traitement ostéopathique intègre des méthodes thérapeutiques actives (appelées approches ostéopathiques actives par le patient (PAOA)) en plus des techniques passives. 

Les recherches antérieures sur la thérapie ostéopathique par manipulation (OMT) ont souvent mis l'accent sur les techniques passives, ce qui explique le peu de déclarations fondées sur des preuves concernant le fonctionnement des PAOA. Lunghi et ses collègues ont comblé ce manque de recherche dans le cadre d'une revue exploratoire en évaluant la littérature existante en relation avec le fonctionnement et les principes des PAOA. Une description de la méthodologie utilisée, des résultats obtenus et des recommandations pratiques pour l'intégration dans les stratégies de gestion des patients peuvent être trouvés dans cet article.

 

Méthodologie :

Pour l'examen systématique, les chercheurs ont d'abord formulé la question de recherche afin de délimiter conceptuellement le domaine thématique des PAOA à partir de la littérature passive. La question de recherche aborde le fonctionnement et les principes des PAOA et leur intégration dans les stratégies de gestion des patients. Une revue systématique de la littérature a ensuite été effectuée et les résultats des études pertinentes ont été présentés.

Avec l'aide des "Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Extension".

of Meta-Analyses for Scoping Reviews" (PRISMA), les études ont été vérifiées quant à leur pertinence. 

 

La nature systématique de la recherche se reflète dans la définition des termes de recherche et des opérateurs utilisés, ce qui assure la reproductibilité de la stratégie de recherche. Une illustration de la stratégie de recherche de la recherche bibliographique effectuée peut être trouvée dans le tableau ci-dessous :

En plus du traitement physique, l'éducation ostéopathique comprend également d'autres activités de promotion de la santé. 




Approches de l'ostéopathie active du patient

 

  1. approche active axée sur le fascia 

Un mode de vie sédentaire affecte l'élasticité des tissus connectifs en contribuant à une orientation multidirectionnelle des fibrilles et donc à une résistance transversale élevée. En même temps, la capacité à former des connexions physiques et électriques est réduite. Ces processus sont inversés par l'activité physique. 

L'approche active orientée sur le fascia selon Schleip et Müller comprend le remodelage du fascia (= réaction du réseau de fibres de collagène aux stimuli mécaniques), le rembobinage du fascia (= retour élastique du tissu par des exercices actifs), l'étirement dynamique (exercices à long terme qui augmentent l'élasticité du fascia) et la prise de conscience du fascia (pour aiguiser la conscience du corps) comme principes centraux. Above all, fascia remodelling as well as connective tissue structure in general can be positively influenced by active fascia training performed regularly 1-2 times/week (Schleip and Müller 2013).

 

  1. images mentales intégrées et exercices

La conscience interceptive du corps, y compris la perception de la position des parties du corps dans l'espace, est générée par le système musculo-squelettique. Ces connaissances devraient être enseignées aux patients et intégrées dans un travail corporel pratique et expérimental (Calsius et al. 2016).

L'imagerie mentale ou l'imagination en tant que méthode d'entraînement a été démontrée comme ayant un effet positif sur les performances motrices et cognitives, activant le cerveau de la même manière que les mouvements physiques le font.

 

Cette méthode, combinée à un traitement manuel ainsi qu'à des exercices actifs, permet d'améliorer le contrôle de la douleur, les compétences motrices et la stimulation des neurones moteurs et des aspects non moteurs de la performance. De plus, elle permet d'augmenter la confiance en soi et de réduire l'anxiété (Abraham et al. 2020).

 

L'ostéopathie travaille déjà avec des images mentales (Dorko 2003, Minasny 2009), par exemple dans le fascia rolling. Ici, le tissu conjonctif est lentement étiré, tandis qu'en même temps, un exercice d'imagination est effectué dans le but d'améliorer l'interception. Une attention particulière est ici accordée à l'entraînement de la perception d'une tension myofasciale à relâcher ou d'un mouvement moteur à effectuer. 

La technique s'effectue de la manière suivante : L'ostéopathe donne une légère résistance au mouvement, qui est perçue par le patient à travers la "transmission manuelle" active et douce. En soutien, les thérapeutes peuvent placer leurs mains dans la région affectée (Dorko 2003). Cette méthode dite de travail, en combinaison avec l'imagerie mentale ou seule, peut favoriser l'état de relaxation médié par le système nerveux parasympathique (Wallden 2012).

 

  1. l'activité physique basée sur la pleine conscience

Comme décrit ci-dessus, l'ostéopathie fonctionne avec l'interception, ce qui nécessite un certain degré de pleine conscience (de son propre corps). Pour que le traitement soit efficace, les thérapeutes et les patients doivent agir en pleine conscience. Le terme "mindfulness" se réfère ici au fait de diriger doucement l'attention sur les perceptions expérimentales présentes, telles que les pensées, les émotions et les sensations, sans les évaluer (Liem et Lunghi 2021). Dans la pratique ostéopathique, parallèlement à la pratique basée sur la pleine conscience, "les oscillations, les vibrations et les chocs myofasciaux et neurogènes spontanés sont utilisés pour réduire le stress et rétablir l'homéostasie du corps" (Comeaux 2005, Liem et Lunghi 2021).

 

  1. gamification et résolution de problèmes dans une approche dyadique interactive 

Les systèmes de perception du corps fournissent au cerveau des informations qu'il utilise pour former une image de l'environnement externe et interne et pour planifier et exécuter des activités ultérieures. Le développement de maladies est en partie causé par des erreurs dans le traitement et l'intégration des signaux multisensoriels du corps, ce qui conduit à des processus de régulation physiopathologique.

La gamification fait référence à l'application d'éléments typiques des jeux dans un contexte non ludique. Cela peut créer une atmosphère de résolution de problèmes patients, orientée vers le travail d'équipe, dans laquelle les défis peuvent être résolus d'une manière orientée vers les tâches. 

Les ostéopathes peuvent, par exemple, utiliser des métaphores pour décrire une technique de routine afin de subcorticaliser l'information. Toutefois, il faut veiller à utiliser un vocabulaire approprié pour éviter les catastrophes. Globalement, l'attention est portée sur le mouvement et non sur l'activation des muscles individuels. Cela favorise l'interception, ce qui évite une dérégulation par le cerveau. 

Les PAOA sont également basés sur la relation entre la personne qui traite et la personne qui est traitée, créant un environnement sûr pour initier un changement de comportement (Liebenson 2018). Cette relation peut être approfondie par une approche dyadique interactive.

 

Conclusion

Les approches présentées comprennent des stratégies motrices, cognitives et comportementales. Sur la base de ces résultats, Lunghi et ses collègues suggèrent d'intégrer ces stratégies dans l'approche ostéopathique active du patient, car cela peut déclencher un remodelage neuromyofascial et tissulaire, moduler l'image et la perception du corps, et mieux gérer le stress. 

 

En résumé, les PAOA peuvent apporter une contribution importante aux soins centrés sur le patient et à l'amélioration de la collaboration interprofessionnelle. Cependant, de futures études et des ateliers de consensus sont nécessaires pour développer un cadre commun pour une pratique ostéopathique basée sur les preuves qui inclut le patient en tant que partie active du traitement (Lunghi et al. 2022).

Littérature

Abraham A, Franklin E, Stecco C, et al. Integrating mental imagery and fascial tissue : A conceptualization for research into movement and cognition. Complément Ther Clin Pract. 2020;40:101193

Calsius J, De Bie J, Hertogen R, et al. Touching the lived body in patients with medically unxplained symptoms. How an integration of hands-on bodywork and body awareness in psychotherapy may help people with alexithymia. Front Psychol. 2016;7:253

Comeaux Z. Facilitated oscillatory release-a dynamic method of neuromuscular and ligamentous/articular assessment and treatment. J Bodyw Mov Ther. 2005;9(2):88-98

Dorko BL. L'analgésie du mouvement : activité idéomotrice et soins manuels. J Ostéopathe Med. 2003;6(2):93-95

Van Dun PLS, Nicolaie MA, Van Messem A State of affairs of osteopathy in the Benelux : Benelux Osteosurvey 2013. Int J Osteopath Med. 2016;20:3-17

Lederman E La science et la pratique de la thérapie manuelle. Elsevier Health Sciences ; 2005

Liebenson DCC. Gamification. J Bodyw Mov Ther. 2018;22(1):232-234

Liem T, Lunghi C. Reconceptualizing Principles and Models in Osteopathic Care : A Clinical Application of the Integral Theory. Altern Ther Health Med. Publié en ligne 2021

Lunghi C, Baroni F, Amodio A, et al. Patient Active Approaches in Osteopathic Practice : A Scoping Review. Soins de santé. Publié en ligne 2022:1-9

Lunghi C, Tozzi P, Fusco G. Le modèle biomécanique en thérapie manuelle : y a-t-il une crise en cours ou simplement la nécessité de réviser le concept sous-jacent et son application ? J Bodyw Mov Ther. 2016;20(4):784-799

Minasny B. Comprendre le processus de désenroulement fascial. Int J Ther Massage Bodywork. 2009;2(3):10

Mistry RA, Bacon CJ, Moran RW. Attitudes et pratiques auto-reportées des ostéopathes néo-zélandais en matière de consultation d'exercice. Int J Osteopath Med. 2018;28:48-55

Schleip R, Müller DG. Principes d'entraînement des tissus conjonctifs fasciaux : fondement scientifique et applications pratiques suggérées. J Bodyw Mov Ther. 2013;17(1):103-115

Tramontano M, Cerritelli F, Piras F, et al. Brain connectivity changes after osteopathic manipulative treatment : a randomized manual placebo-controlled trial. Brain Sci. 2020;10(12):969

Tramontano M, Pagnotta S, Lunghi C, et al. Assessment and management of somatic dysfunctions in patients with patellofemoral pain syndrome. J Ostéopathe Med. 2020;120(3):165-173

Tramontano M, Tamburella F, Dal Farra F, et al. International overview of somatic dysfunction assessment and treatment in osteopathic research : a scoping review. In : Soins de santé. Vol 10. MDPI ; 2021:28.

Wallden M. Rééquilibrer le système nerveux autonome (SNA) avec le travail en exercices : applications pratiques. J Bodyw Mov Ther. 2012;16(2):265-267

Biological effects following Osteopathic Manipulative Treatment

In a groundbreaking review, Dal Farra et al. (2024) systematically map the biological effects of Osteopathic Manipulative Treatment (OMT) across various body systems, with a particular focus on neurophysiological and musculoskeletal changes. The study, which followed rigorous scoping review guidelines and included 146 studies, underscores the growing interest in OMT research over the past two decades. While the findings suggest that OMT has significant therapeutic potential, particularly in neurophysiological and musculoskeletal health, the review also highlights the need for more standardized research to confirm these effects and their clinical relevance. Explore the detailed insights and future research directions outlined in this comprehensive review.

Lire l'article

Modiolus

Palpation of the knot of muscle at the corner of the mouth (Fig. 2.86), the point where the following facial muscles meet: orbicularis oris, levator anguli oris, depressor anguli oris, buccinator, risorius, zygomaticus major.

Lire l'article

Reduce Cancer Risk by 31-32%: The Power of Small, Intense Activity Bursts

Did you know that just a few minutes of daily, intense physical activity can significantly reduce your cancer risk? A new study by Stamatakis et al. (2023) reveals that even 3.4 to 3.7 minutes of vigorous intermittent lifestyle physical activity (VILPA) per day can reduce the risk of activity-related cancers by an impressive 31-32%. This discovery could be particularly beneficial for those who lack the time or motivation for regular exercise. Read on to learn how you can incorporate these effective mini-workouts into your daily routine and improve your health.

Lire l'article

PLUS D'ARTICLES

Entdecken Sie die Vorteile der Plank Jacks Übung und lernen Sie, wie diese einfache Bewegung Ihre Kraft und Ausdauer steigern kann. Perfekt für Anfänger und ...
In a groundbreaking review, Dal Farra et al. (2024) systematically map the biological effects of Osteopathic Manipulative Treatment (OMT) across various body systems, with a ...
Erfahren Sie, wie die Superman-Übung-mit-Leglift Ihre Rückenmuskulatur stärkt, die Körperhaltung verbessert und die allgemeine Fitness fördert. ...
Bulletin d'information Osteohealth

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous envoyons régulièrement une newsletter contenant des vidéos, des podcasts et des articles sur le thème de la santé.
fr_FRFrench